Legal Damages and Auditor Efforts*

Authors


  • *

    Accepted by Lane Daley. I would like to thank William Novshek for his helpful ideas and advice in writing this manuscript The comments of the participants at the Colloquium at Ohio State University are appreciated. Thanks are also due the two reviewers whose suggestions greatly improved the paper. All remaining errors are, of course, my own.

Abstract

Abstract. Conventional wisdom holds that an auditor's optimal response to an increase in legal exposure is to double his efforts in finding errors in his client's financial reports. This paper's main result is that in a market setting where clients shop for opinions and auditors must compete for clients, the conventional wisdom may fail. Increased damages: affect all auditors reducing the competition among auditors for clients. Thus, an auditor can reduce his legal exposure by reporting more conservatively, instead of working harder.

The main result is mitigated if client firms also face legal damages and if clients themselves are more conservative in preparing their unaudited financial statements. If it is more likely that a client claiming “good news” is truly good, the auditor has an incentive to work harder to confirm this good report and satisfy his client. This incentive to work harder to please his client may prevent the auditor from retreating into conservatism when damages are increased.

Finally, if the auditors' report space were continuous, as with a continuum of client types, the main result would be reversed: additional damages would (weakly) increase the auditor's efforts. With a continuum of possible reports, the competition is not eliminated as damages increase; only the range of reports that the auditors offer is reduced. Because the competition cannot be eliminated and the incumbent cannot resort to conservatism to reduce his legal exposure, the auditor works hard.

Résumé. Par tradition, la sagesse veut que la réaction la plus appropriée d'un vérificateur à une augmentation des risques juridiques soit un redoublement d'efforts pour déceler les erreurs dans les rapports financiers de ses clients. L'auteur en arrive pourtant à la principale conclusion que, dans le contexte d'un marché où les clients font du «magasinage» d'opinion et où les vérificateurs doivent se disputer les clients, la sagesse nous amène à faire fausse route. L'augmentation des dommages touche tous les vérificateurs et atténue la rivalité qui les oppose dans la recherche de clients. Ainsi, un vérificateur peut diminuer le risque juridique auquel il est exposé en usant d'une plus grande prudence dans ses rapports plutôt qu'en travaillant avec plus d'acharnement.

L'auteur est cependant moins catégorique à ce sujet lorsque l'entreprise cliente fait aussi l'objet de poursuites en dommages et qu'elle est donc plus prudente dans la préparation de ses états financiers non vérifiés. Il est davantage probable que les nouvelles positives qu'une telle entreprise publie le soient véritablement, de sorte que le vérificateur est, lui, davantage enclin à déployer les efforts nécessaires pour confirmer ces nouvelles positives et satisfaire son client. Cette incitation à travailler avec plus d'énergie pour satisfaire le client peut faire en sorte que le vérificateur ne se replie pas derrière la prudence lorsque les dommages augmentent.

Enfin, s'il existe un large éventail de rapports de vérification, comme dans le cas d'une multiplicité de types d'entreprises, la conclusion principale se trouve inversée; l'augmentation des montants de dommages entraîne une (faible) hausse de l'intensité du travail du vérificateur. Dans le cas d'un large éventail de rapports possibles, la concurrence ne s'atténue pas avec l'augmentation des montants de dommages; seul l'éventail des rapports qu'offrent les vérificateurs est réduit. Étant donné que la concurrence ne peut être éliminée, et que le vérificateur attitré ne peut recourir à la prudence pour réduire le risque juridique auquel il est exposé, il redouble d'effort.

Ancillary