SEARCH

SEARCH BY CITATION

Abstract

This paper explores several related propositions. First, socially constructed definitions of innovation influence the domain of innovative activity in organizations. Secondly, selective retention of past organizational history interacts with socially legitimate definitions of innovation. This interaction tends to repress certain modes of innovative effort, while sustaining and promoting others. Finally, repression can be considered an important component of any theory of organizational innovation on two grounds - (1) while much innovative effort is observed in organizations, repression mechanisms may obscure the economic and social value of that effort, and(2) the memory of organizations more generally may be better understood by investigating the possible existence and variations of mechanisms of repression in organizations.

Résumé

Cet article explore plusieurs propositions interreliées. Tout d'abord, les définitions de l'innovation construites sur des concepts sociaux influencent le domaine de l'activité innovatrice dans les organisations. Deuxièmement, la rétention sélective de l'histoire de l'organisation interagit avec les définitions de l'innovation basées sur la légitimité sociale. Cette interaction tend à réprimer certaines formes de l'effort d'innovation tout en soutenant et en stimulant d'autres formes de l'effort d'innovation tout en soutenant et en stimulant d'autres formes d'innovation. Finalement, la répression peut ětre considérée comme une composante importante de toute théorie organisationnelle de l'innovation pour deux raisons — 1) alors qu'on observe un grand effort d'innovation dans les organisations, les mécanismes de répression ont tendance à occulter la valeur économique et sociale de cet effort — 2) la mémoire des organisations peut étre généralement mieux comprise à travers la recherche de l'existence possible de mécanismes de répression dans les organisations.